Reggio: témoignage d’une enseignante et parent d’élèves

Reggio: témoignage d’une enseignante et parent d’élèves

2 Comments

Il y a quelques semaines, alors que je travaillais simultanément sur les pédagogies Reggio et du troisième type, j’ai demandé sur mes réseaux sociaux si quelqu’un s’y connaissait un peu… Instantanément, Aurore m’a répondu et généreusement partagé avec nous sa connaissance intime de l’approche Reggio telle qu’appliquée dans une école anglaise. Je vous laisse découvrir son témoignage concret de parent d’élève et d’enseignante dans ce type de structure!

Une approche parfaitement adaptée à son environnement

“Ce qu’il faut bien comprendre avec cette approche, c’est qu’elle ne sera jamais vraiment la même en fonction de l’environnement et de l’époque où elle sera mise en place. C’est pour cela qu’elle est si difficile à appréhender tant qu’on ne l’a pas expérimentée, contrairement aux pédagogies Montessori, Freinet, Steiner, Charlotte Mason.


Cette volonté de ne pas être une pédagogie clé en main avec une trame assez précise lui évitera toujours de tomber dans le dogmatisme. Il faut remonter à l’époque où elle est née, à savoir après la Seconde guerre mondiale, dans la région de Reggio Emilia, en Italie, après les années brunes musoliniennes. À l’époque, de nombreux parents de cette région, choqués par la brutalité de ces années, ont réfléchi à ce qui pourrait éviter que les générations à venir retombent dans cet enfer. Ils ont repensé la façon de voir l’enfant et son mode de garde afin que la pensée toujours en mouvement, en recherche, la créativité et l’ouverture sur la communauté soient au cœur de l’éducation des enfants. 

La recherche et son expression

Le professeur et psychologue Loris Malaguzzi, au début des années 60, a mis en place, sur ce terreau de pensées, l’approche Reggio dont le texte sur les 100 langages de l’enfant est, à mon sens, le cœur de cette approche et permet d’appréhender tout ce qu’il y a à savoir sur cette approche. Ce texte montre la variété des moyens d’expression d’un enfant. Le principe de cette approche est donc de favoriser l’expression de l’enfant selon ses vecteurs propres, au lieu de lui en assigner qui brideront son expression. On retrouve le terreau de ce qui a fondé cette approche: lutter contre la pensée unique et l’autoritarisme.
Afin de mettre en pratique cette approche, il faut:

  • toujours mettre l’enfant au centre de ses apprentissages;
  • considérer le praticien de la petite enfance comme un collaborateur, un chercheur et un documentaliste;
  • s’attacher à offrir un environnement favorisant la créativité, la recherche et la résolution de problèmes, la communication permanente entre intérieur/extérieur (bâtiments/nature; crèche/ville,village).

Elèves et enseignants

Mes enfants sont allés dans cette crèche (en totalité, pour mon aîné; moitié Reggio-moitié Montessori, pour mon second).

J’y ai fait de l’éveil au français pendant 3 ans et cela a révolutionné ma façon d’enseigner. Les leçons étaient en free flow. Les enfants étaient donc libres d’y assister ou pas, d’assister à la séance aussi longtemps qu’ils le souhaitaient. Les propositions des enfants venaient souvent réorienter la leçon mais à la fin nous avions réellement construit un savoir même si ce n’était pas tout à fait celui de départ. C’était passionnant!


Mes enfants, eux, ont adoré ce contact permanent avec la nature (potager, verger, Forest school) où une jardinière, à résidence, et des éducateurs formés à la Forest school les accompagnaient dans leurs apprentissages. Cela leur offrait des occasions très nombreuses de se poser des questions sur leur environnement et de chercher les ressources en eux, auprès des éducateurs, mais aussi auprès de leurs copains, de nous (leurs parents) et d’autres acteurs de notre ville pour résoudre leurs problèmes, trouver une réponse. C’est vraiment de la pensée collaborative et du travail d’équipe!!! 


Ce qu’ils aimaient aussi c’était la creative room avec l’atelierista à résidence, elle aussi. Ils ont exploré quantité de ressources pour donner vie à leur imaginaire. Tout cet esprit créatif, les enfants le transposaient aussi dans les sorties en forêt qui étaient à la fois pratiques (allumer un feu donc ramasser du bois, se répartir les tâches, etc…) et poétiques puisqu’ils inventaient souvent des histoires dans les bois. Une année, les enfants étaient partis sur une histoire avec Thor qui serait passé dans la forêt. Un adulte de la crèche avait façonné un morceau de bois qui ressemblait au marteau de Thor et l’avait laissé sur leur chemin. Tu aurais vu la tête des enfants quand ils l’ont découvert!!!

Cet épisode montre que l’adulte, dans l’approche Reggio, est là pour nourrir les questionnements, recherches, hypothèses de l’enfant. Il n’est ni un guide, ni un agent passif. Il offre des outils, des ressources, de la documentation pour que l’enfant chemine dans sa réflexion. Il nourrit son imaginaire en mettant à sa disposition de la matière (livres, vidéos, jouets, etc). Il rend visible les différentes étapes des apprentissages de l’enfant, en annotant ses dessins, en compilant des phrases clé qu’il a dites, en l’observant. Cela permet à l’éducateur d’accompagner l’enfant dans son questionnement pour qu’il avance sans cesse. Il est aussi là pour questionner, apporter des obstacles aux hypothèses de l’enfant afin qu’il réfléchisse, tâtonne, s’adapte et trouve par lui-même la résolution à son problème de départ.


À Reflections (qui possède depuis 2 ans, LE centre de documentation de référence en matière d’approche Reggio au Royaume-Uni):

  • Les praticiens sont formés à cette approche et préparent chaque matin et chaque après-midi le moment de “provocative thinking”. Cela peut être une question, une mise en scène disposée sur une table avec divers objets sensoriels pour l’appréhender, un mini film, une chanteuse qui vient chanter en live, etc…À partir de là, ils facilitent la discussion avec des questions ouvertes et observent, retiennent, notent les intérêts qui sortent de cette discussion. C’est ce qui donne le ton des projets dans lesquels s’engagent les enfants sur plusieurs semaines. 
  • Le potager et le verger sont cultivés par la jardinière et les enfants qui préparent le déjeuner du vendredi avec ce qui pousse dans le jardin. Le reste du temps, c’est un cuisinier qui cuisinent les repas sur place en se servant au maximum des fruits et des légumes du jardin. C’est délicieux et les enfants sont ainsi vraiment connectés à ce qui les nourrit.
  • L’atelierista est une véritable artiste qui partage son univers avec celui des enfants. Cela donne des créations vraiment diverses et expérimentales qui vont de la musique à la poterie en passsant par la peinture, les mixed médias, etc…
  • Les sorties Beach school et Forest school, à partir de 3 ans, participent de la connexion humain-nature, de l’entraide et des règles de base à la survie en nature.
  • Le travail des enfants est mis en valeur de manière très esthétique (tableaux/affiches) comme s’ils étaient édités dans une revue. Chaque fin de projet est d’ailleurs édité dans un livre sur papier glacé que tout le monde peut acheter. Il y a des expos régulières des travaux des enfants dans un bâtiment central de notre ville qui est multiculturel et où ils viennent parler de ce qu’ils ont fait avec les gens de la communauté.
  • Depuis 3 ans, ils expérimentent la small school. Ici, les enfants  entrent à l’école en Reception (l’année de leurs 5 ans). Jusqu’à il y a 3 ans, Reflections s’arrêtait à 5 ans. Et puis, ils se sont lancé le défi de faire une école primaire Reggio. Je n’ai pas encore pris le temps d’aller voir comment cela est mis en place et leurs premières conclusions mais je le ferai bientôt car c’est une initiative que je trouve porteuse.

Ressources

Voici trois articles d’Élise Mareuil qui relatent très bien l’esprit de Reggio:

Comment est né le courant pédagogique Reggio?

Les points forts de l’approche pédagogique Reggio

Mettre en place l’approche Reggio dans une structure petite enfance

Merci beaucoup Aurore pour ton partage d’expérience et le temps que tu nous as consacré!

(Source de l’image de couverture: Reflections Nursery)


Related Posts

Le jeu (épisode #1)

Le jeu (épisode #1)

Pour le tout premier épisode du Podcast des Petits Pas, nous surfons sur un sujet brûlant d’actualité : le jeu ! Alors que Noël, ses vacances, ses célébrations, ses cadeaux approchent, penchons-nous un instant sur l’activité favorite de nos enfants. Qu’est-ce qui peut bien se jouer dans […]

Reggio: quand une ville créé sa pédagogie (épisode #11)

Reggio: quand une ville créé sa pédagogie (épisode #11)

L’approche Reggio, plébiscitée dans le monde entier, reste étrangement confidentielle en France. A ma connaissance, aucune école ne s’en réclame exclusivement, et très peu lui accordent une place dans leur programme pédagogique. Polyvalente, ingénieuse, respectueuse et profondément adaptée à sa société, cette pédagogie est pourtant […]



2 thoughts on “Reggio: témoignage d’une enseignante et parent d’élèves”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *